En ce matin du 22 décembre, lorsque le réveil sonne à 5:30, une pluie fine tombe sur Ninh Binh. Il fait nuit noire et la ville s'éveille doucement. Bientôt les vietnamiens chevaucheront leurs motos et se rueront sur le chemin du travail, s'arrêtant dans une échoppe de rue le temps d'avaler un pho... Si nous nous levons aussi tôt ce jour là, ce n'est pas pour admirer la chevauchée moderne ou goûter a une délicieuse soupe de vermicelles, mais pour prendre un bus direction Haiphong pour une étape importante de notre périple : la fameuse baie d'Along !





Notre volonté est donc largement accrue et nul besoin de coup de pied au cul pour nous sortir du lit. Hop, nous achetons des gâteaux de riz en guise de petit déjeuner, sautons dans le mini-bus et c'est parti... Nous sommes censés arriver a Haiphong, port d'embarquement pour l'île de Cat Ba, vers 8:20 pour prendre le ferry de 9:00. Aussi quand à 8:50 nous croisons un panneau indiquant Haiphong a 35km, nous maudissons le gars qui nous a vendu les billets de bus ! Mais nous restons de bonne humeur (toujours !). Cette bonne humeur ne nous quittera pas plus lorsqu'à l'embarcadère du bateau, des vendeurs ambulants nous détrousseront sans vergogne de quelques 5€ additionnels pour la traversée... (NDLR, c'est seulement la première fois en 2 mois et demi que l'on se fait arnaquer, alors on oublie vite !)

Finalement nous arrivons à Cat Ba en fin de matinée et embarquons directement sur ... notre jonque privée! Et oui, nous avons décidé pour l'occasion de brandir notre carte bonus ! Notre sponsor du jour, Jacqueline (merci merci merci!!), va nous permettre non seulement de naviguer sur une jonque privée, mais en plus de le faire pendant 3 jours !! Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, la pluie a cessé de tomber et laisse place à de prometteuses éclaircies !

Et nous voilà donc en train de naviguer dans les eaux paisibles de la baie de Lan Ha, confortablement installés sur des transats du pont supérieur... sous 2 épaisses couvertures ! Informons nos lecteurs qu'ici aussi c'est "l'hiver" et qu'il fait entre 10 et 15 degrés. Nous faisons connaissance avec Than, notre guide ; en bas, le capitaine a mis le cap sur le nord et la baie d'Along, pendant que notre cuisinier s'affaire dans la petite cuisine. Oui, vos deux pachas préférés ont 3 personnes qui travaillent pour eux !


Nous n'avons plus qu'à profiter des paysages a couper le souffle. C'est comme dans les documentaires du National Geographic (ou Octopussy mon cher James Bond), mais en vrai : partout autour de nous jaillissent de la mer couleur émeraude des formations rocheuses abruptes, sur lesquelles une végétation a pris racine. Le spectacle est saisissant !



Pendant 3 jours donc, nous naviguerons dans les baies de Lan Ha, d'Along et Tu Luong, mouillerons l'ancre dans endroits isolés a l'écart des flux de touristes sur leurs jonques-moins-bien-que-la-notre, mangerons de délicieux produits de la mer achetés sur des marchés flottants ou directement auprès des pêcheurs (crabes, poissons, calamars, crevettes), nous nous essaierons même à la pêche et visiterons des grottes. Dans des instants de très grand effort physique, nous embarquerons sur des kayaks pour accéder a des lacs intérieurs et ainsi admirer une nature comme coupée du reste du monde.

Bref vous l'aurez compris, c'était Noël avant l'heure et dans le rôle de la Mère Noël, il nous faut remercier grandement Jacqueline a qui nous avons beaucoup pensé. Sans elle nous n'aurions pas pu en profiter de la sorte !



Pour voir plus de photos de la baie d'Along, cliquez ici.

Le bonus vidéo : embarquement immédiat pour une ballade en kayak avec Claire & Arnaud !

En direct de la région montagneuse de Mai Chau où vivent les ethnies des Thaïs Blancs ainsi que les Muongs...


Retour aux galeries photos



Retour aux galeries photos



Retour aux galeries photos

Le défi : 
"Parce que loin des yeux loin du cœur, au moment où même Obélix nous quitte.
Votre défi si vous l’acceptez, sera de nous poster une video dans laquelle vous chantez la marseillaise devant un bon repas avec vin rouge (français), baguette (française), et camembert (français). Je contribue à l’organisation du défi en prenant en charge le coût du dej/diner pour deux !"

Challenge plus qu'accepted !!!!!!!! Si en plus de faire rigoler, on peut manger du pain et du fromage, alors... (et oui, on va encore parler de bouffe sur le blog... mais ce coup-ci c'est pas de notre faute !)

La réalisation : 
Nous avons donc choisi avec soin un bon ptit restau français sur Hanoi : le DC Bistro Boutique. Après 3 jours de trek dans la région de Mai Chau (plus de détails à venir), la perspective d'un bon dîner nous faisait saliver ! Nous sommes le 30 décembre, prenons place dans la salle à l'arrière dans un décor on ne peut plus français : bouteilles de vin alignées, jambons suspendus et photos de Paul Bocuse au mur !

Nous commandons 2 plateaux (un de fromage et un de charcuterie !) et une bouteille de rouge (un gamay de Serge Batard, ça ne s'invente pas !).
 

Et là on souffre : on doit chanter la marseillaise devant toute une assistance... AVANT d'avoir fini la bouteille ! A ce moment la, on ne fait pas les coqs, surtout que nous sommes au Vietnam et qu'on voudrait pas trop la ramener (on ne vous refait pas l'Histoire...). Mais bon, on ne pouvait plus se dégonfler : les plats étaient commandés !

Voici donc le massacre : 



Conclusion :
Le vin français : check
La baguette française : check
Le camembert : on l'a remplacé par du gruyère, du bleu, du fromage de chèvre frais, de la rosette de Lyon, du jambon cru, du pâté au poivre... ça compte quand même ?!!

Antoine, un immense merci pour ce délicieux repas qui nous a fait un bien fou ! On t'a détesté pendant quelques minutes il est vrai, mais le jeu en valait la chandelle ! En plus ça été l'occasion de découvrir que Claire ne connaissait pas les paroles de la Marseillaise... santé !


La fin du monde, c'est encore raté ! Après l'an 2000, on pensait que le 21 décembre 2012 serait la bonne... du coup, on a un peu négligé le blog et vous, fidèles lecteurs (plus de 12,000 pages vues quand même !!)

Retour en arrière sur ce que vous avez manqué... Magnéto Serge !

Passage de la frontière à Lao Bao

Départ de Savannakhet au Laos et direction le Vietnam ! Côté pratique, on choisit le bus de 8h du matin, prévu pour arriver à... 19h à Hué ! Youhouuuu ! Le bus de nuit ressemble à une arnaque (départ à 22h, arrivée à la frontière vers 3h du matin ... où le poste frontière est fermé. D'où la grande inconnue : mais que se passe-t-il alors entre 3 et 8h du matin ?).
Bref nous prenons le bus de jour. On prend notre mal en patience, on dort, Claire perd au Trivial Pursuite sur iPhone, elle boude, on dort, je joue dans mon coin à Ticket to Ride 1910 Méga, on dort, on écoute de la musique, on dort, je commence à faire une play-list spéciale tour du monde et la liste des 10 albums à emporter sur une île déserte (je vous en reparlerai un peu plus tard...), on dort, on bouquine un peu et surtout, on dort.

pas de contrôle de papier pour les toutous au Vietnam...
Le passage de frontière est un peu long et fastidieux, les Vietnamiens étant visiblement à cheval sur la bureaucratie, dans leurs uniformes vert kakis (qui font penser à ces vieux généraux soviétiques).. Surtout, il n'y a pas vraiment de queue pour accéder au comptoir, tout le monde s'entasse et tend le bras vers l'officiel de service ! Pour notre bus aussi c'est un parcours du combattant, avec la vérification des papiers et un passage à la fumigation... Après quoi nous remontons dans le bus direction Hué, où nous arriverons finalement vers 20h...

Hué la pluvieuse

Arrivée dans la ville d'Hué... sous la pluie ! on vous invite à voir (et revoir sans modération) notre excellente blague sur le sujet !

Mais ce n'est pas tout ce que nous avons fait à Hué, puisqu'entre deux averses, nous avons pu visiter la superbe citadelle et la cité impériale, louer des vélos pour aller voir les tombeaux d'empereurs vietnamiens (bon ok on n'en a vu qu'un avant que la pluie ne reprenne de plus belle et nous oblige à rentrer...) et même aller chez le coiffeur... 

journée porte ouverte à la cité impériale de Hué


Cliquez ici pour accéder à la galerie photos de Hoi An et Hué

Hoi An la belle


Ahhh Hoi An... une ville où l'on se sent bien, bien, bien ! Si à première vue on pourrait s'étonner du côté presque "Disneyland" de la ville (maisons anciennes bien entretenues, enchaînement de boutiques de tailleurs et de galeries d'art), on se laisse très vite porter par l'ambiance paisible. Pour ne rien gâcher, la ville offre un choix considérable de restaurants excellents, où déguster produits de la mer ou spécialités locales (wontons, white rose, cao lau...). On recommandera notamment le Mai Fish ou encore le Quan An 19 (merci guigui et lucie pour le conseil !). 

Bref, on prend donc du bon temps, on flâne dans les ruelles, on visite les temples et maisons traditionnelles, puis à vélo on se dirige vers la plage, en passant à travers rizières et petits villages...


Cliquez ici pour accéder à la galerie photos de Hoi An et Hué

Visite des caves de Phong Nha et Thien Duong

Si ce n'est pas le même genre de cave que nous avons l'habitude de visiter, nous avons été bluffé par le spectacle de Phong Nha, mais surtout de Thien Duong (aussi appelé Paradise Cave). Découverte en 2005, elle n'est accessible aux touristes que depuis 2011... le lieu va surement changer avec l'augmentation du tourisme et les travaux d’aménagement qui vont avec. Pour faire simple, il s'agit tout simplement de la plus grande grotte du monde. Quelques chiffres, (merci Wikipedia) : 31km de longueur (dont 2km accessible au public), 150m de hauteur, 100m de largeur. Voila. En son sein, c'est un monde merveilleux, de stalactites et autres formes intrigantes, formées par le long ruissellement de l'eau pendant des millions d'années. Le gigantisme de la grotte nous a laissé sans voix.  Nous, on s'est bien amusé à trouver les formes de visage (Jésus et Marie, des monstres marins...) et je me suis fait plaisir à faire de très longues poses avec mon appareil photo...

Phong Nha, est un réseau de grottes plus classique, accessible en bateau... Ballade sympa et l'éclairage kitch à l'intérieur rend le spectacle amusant !

Pour voir toutes les photos des grottes, cliquez ici...

A suivre sur Ticket to Ride, la baie d'Along, en large et surtout en (a)long... 



Retour aux galeries photos

On vous souhaite à tous de très belles fêtes de fin d'année, poil au nez !




Nous en profitons pour remercier très chaleureusement les Père et Mère Noël 2012 qui nous ont beaucoup (trop?) gâtés cette année avec leur bonus de Noël  ! Merci, merci, merci et on va essayer de les honorer au mieux ! 


Depuis maintenant 2 mois que nous sommes partis, nous avons eu la chance de vivre des moments privilégiés. L'Asie nous a offert des instants de grâce, au contact de ses peuples généreux ou face à la beauté de ses paysages. Nous avons voyagé le coeur léger et profité avec insouciance de tout ce que ce tour du monde avait à nous offrir, jusqu'à ce que nous apprenions avec une immense tristesse la disparition brutale de Laure. L'Asie prend un goût particulier quand on sait qu'elle connaissait cette région par cœur et l'aimait énormément.

En ces fêtes de Noël, nous pensons tout particulièrement à Raphaël, notre ami et son compagnon, et à tous ses proches, amis et famille. Qu'ils sachent que nous partageons leur chagrin et que, même de loin, nous les entourons de nos pensées et de notre tendresse.

Nous poursuivons notre voyage avec moins d'insouciance mais avec une volonté inébranlable de profiter de chaque instant que la vie nous offre.
Pour elle...



Retour aux galeries photos

Voyager ne veut pas forcément dire se laisser aller... Alors quand mes cheveux on commencé à me couvrir totalement la nuque, je me suis dit qu'il était temps de les couper! Ou plutôt de les faire couper. J'ai envisagé pendant très peu de temps de le faire moi même, et pendant encore moins longtemps de laisser Claire s'en charger...

Car fort heureusement, il y a des professionnelles de la coiffure très compétentes a Hué! Direction donc le "salon de coiffure". On dirait plutôt un vestibule qui donne sur la rue... À l'intérieur, la télé est allumée pendant qu'on s'affaire sur les brushings de ces dames. C'est qu'elles sont coquettes, ces Viet' !


Pour le shampoing, on passe a l'arrière. Et là miracle! Point de siège inconfortable comme en France avec le cou tordu pour avoir la tête dans le bac.. Non, a Hué, on vous installe sur une confortable banquette!! Commence alors le premier des deux shampouinages, sous forme de massage. Superbe.



On est triste de quitter le lit pour le fauteuil où va commencer la coupe a proprement parlé. J'essaie de converser avec ma charmante voisine, mais elle, ne parlant pas anglais, et moi ne parlant pas vietnamien, nous avons vite fait le tour de la pluie et du beau temps... Pas de magazine people a se mettre sous la dent, je vais donc avoir tout le loisir d'étudier ma coiffeuse a l'œuvre (à la télé, le reportage suisse-allemand sur la mal-bouffe, doublé en vietnamien ne retient pas mon attention).



C'est parti : elle empoigne son peigne, ... un rasoir (?!!) et commence a me tailler les cheveux ! (Je repense alors a ma première fois chez le coiffeur a Mexico... la coiffeuse d'alors utilisait des ciseaux d'écolière!). Je décide de me fier à sa dextérité et a son assurance. Fort heureusement, elle a l'air d'avoir compris que je ne veux pas ressembler a un jeune monk bouddhiste. En quelques dix minutes, elle a dégrossi la touffe, elle fait alors un passage au ciseau pour désépaissir, et s'attaque soigneusement a la finition avec de beaux ciseaux. Le résultat a l'air prometteur... Jusqu'à ce qu'elle décide de me coiffer avec l'aide du sèche-cheveux. Je ressors de la avec une coupe a la Ken (l'ami de barbie).. Et file me prendre une douche pour enlever les ptits cheveux que j'ai un peu partout.

Verdict après 24h (toujours laisser passer la nuit avant de juger l'oeuvre) : elle a fait un beau boulot, pour moins de 3€ ! Honnête !

A la question que tout le monde se pose "mais que faites-vous pendant vos long trajets en bus ou en train ?", nous allons essayer d'apporter ici quelques éléments de réponse... Et surtout vous donner des conseils, à vous lecteurs, pour faire de chaque déplacement un moment de fête et de liesse. Soyez-en sûrs, vous ne voyagerez plus de la même façon !

1/ Tout d'abord CHOISISSEZ avec soin votre moyen de transport. Plus c'est customisé, plus vous vous pourrez faire votre kéké !



2/ A bord, vous pouvez tout simplement DOR-MIR et récupérer de votre courte nuit de 10h. Pour cela, nous vous recommandons fortement d'utiliser un coussin de voyage pour préserver votre douce nuque (et ainsi éviter de baver sur votre voisin).





3/ Profitez-en également pour vous CULTURER sur le pays visité, en vous imprégnant des coutumes locales et passer ainsi inaperçu.



4/ JOUEZ à faire deviner à vos amis la chanson que vous être en train d'écouter ! En plus de passer un très agréable moment, cela fera rire vos voisins !


A titre d'info, la chanson était "Jump around"


5/ SALUEZ vos compagnons de route croisés en chemin !


6/ PRENEZ de la hauteur et montez sur le toit ! Résultat décoiffant !




7/FAITES-VOUS de nouveaux amis ! Et réservez 2 tables de 1000 en arrivant à destination !


8/ Quand il y a la TV, REGARDEZ les vidéos locales. AVERTISSEMENT : s'il s'agit d'un DVD de karaoké, vous risquez de devenir accroc... avec des intrigues à la "Santa Barbara" et un jeu d'acteurs inégalable, c'est tout simplement hypnotisant ! Claire peut en témoigner, elle n'a pas décroché !




9/ OBSERVEZ vos voisins, vous en apprendrez beaucoup sur leurs habitudes, parfois quelque peu surprenantes  ...




10/ Enfin, PROFITEZ de la beauté du paysage et IMPRIMEZ !!!! Car le chemin parcouru compte autant que la destination finale !


Cela faisait longtemps que l'on pensait à notre bonus « Bon pour un dîner en amoureux » (pour, comme nous l'a dit Marianne C., ne pas oublier qu'on était amoureux même en tour du monde !)

Arrivés au Vietnam, où la nourriture est excellente, cela a été une évidence : c'est là qu'on se ferait péter la panse*  ! Et plus précisément à Hoi An, ville de lumières et aux multiples spécialités culinaires*.

Après 2 jours de repérage et sur les conseils d'une française installée là-bas, nous avons jeté notre dévolu sur le Mai Fish et avons fixé la date de notre dîner au samedi soir.
Le soir venu, nous avons pris les choses au sérieux : maquillage pour Claire (bon ok, j'ai mis 2h à retrouver ma trousse de maquillage et ne savais plus me servir d'un rouge à lèvres, mais c'est l'intention qui compte) et combo "jeans-chemise" pour Arnaud. C'est donc tout beaux et tout guillerets, enfin au moins guillerets, que nous sommes arrivés au restaurant...

On a l'air contents, hein !

 .... pour l'happy hour ! Tiens, quelle coïncidence ! Nous avons pu trinquer (plusieurs fois on ne vous le cache pas) avec des mojitos-qu'il-étaient-bons. 
Et, détail improbable nous avons eu pour musique de fond "Le temps de l'amour" de Françoise Hardyyyy. Si ça, c'est pas un signe !

A votre santé !

Ceci nous a mis, et bien mis, en appétit et nous avons donc opté pour le menu "2 entrées, 1 plat et 1 dessert" (oui chacun !) ainsi qu'une bouteille de blanc que la serveuse a pris en commande d'un air horrifié ("- A bottle of wine, please. - A glass, no ? - No, no, a bottle !")

Mais je crois que les photos parleront mieux qu'un long discours !

En entrée : Crispy Rolls et Vegetarian Spring Rolls








Puis : Bœuf sauté et salade de papaye


















Plat principal : Crispy noodles aux crevettes et Hot pot, sorte de fondue bourguignone





















Et là on peut dire que ça nous a plu, mais vraiment beaucoup plu. Arnaud peut d'ailleurs en témoigner !





Nous avons arrêté de prendre des photos au dessert (nous avons notre honneur) mais les fruits et la glace qui nous ont été servis ont magnifiquement clôturé ce dîner.

En résumé, nous avons passé une excellente soirée dans un décor chaleureux et avons dégusté un vrai festin !

Et même si nous n'avons pas réussi à faire de blagues sur les "étouffes-chrétiens", un immense merci à Marianne, François, Mathieu, Maya et Romain...
Soirée très réussie, et Marianne, rassure-toi, on n'a pas (encore) oublié qu'on était amoureux !


*Vous remarquerez que nous faisons des vers, sans en avoir l'air !



Il pleut, on sait pas quoi faire ... et on n'en est pas très fiers !



Alors, il parait que vous êtes en manque de photos, de commentaires, de messages ? Vous faites "F5" toutes les 6 minutes pour vérifier qu'il n'y a pas du nouveau sur le blog ? Vous êtes obligés de compter les flocons de neige pour vous occuper ? (hein Popo ? :-))

Désolés pour l'attente, mais, que voulez-vous, nous étions au Laos ces derniers jours et, pris par l'ambiance cool, très cool, trèèèèèès cooooool du pays, nous avons vécu à notre rythme ou plutôt à celui des Laotiens (je sais pas si on vous l'a dit ... mais ils sont cools !).

Venant de Bangkok par un train de nuit, nous avons donc passé facilement la frontière terrestre via Chong Mek / Van Tao (visa et tamponage en moins de 20 minutes record à battre) et avons rejoint Pakse. C'est la 3ème ville du pays, pourtant on a l'impression d'être dans un paisible village de l'outback... les rues son désertes dans la journée. Il faut dire que la chaleur écrase....

Le lendemain, nous avons pris la direction des 4000 îles, au dernier rang d'un vieux bus (les voyageurs sauront qu'il s'agit... de la pire place !) et avons posé nos sacs à Don Det, où nous étions en pleine effervescence :


 
De la sieste sur un hamac ....


 ... à la dégustation d'un banana shake

... ou de jus de coco


... ou de bière Lao



Bref, c'était pas le bagne, hein !!! mais là encore, ce n'était pas de notre faute, c'était à cause de la chaleur et de l'ambiance.... coool ! Les laotiens en font de même ! (bon sauf qu'eux, ils se lèvent à 5h du mat et font tout un tas de choses avant certes...)

Heureusement qu'il y a les enfants pour bosser un peu !



Puis, nous nous sommes mis en branle vers Champassak pour un moment de culture avec la visite du wat Phou, que nous avons rejoint en bicyclette (quelques 16km aller / retours svp !).

Dernière escale de notre périple au Laos du sud à Savannakhet , où nous avons taillé la bavette avec des moines et goûté à un excellent met le Sukyiati, qui ressemblait a mélange de fondue bourguignonne et de pierrade (marché devant le resto Chez Boune pour ceux que cela intéresserait). Vous a t-on dit que les laotiens ne parlent pratiquement pas anglais ? La commande a été cocasse, mais n'avons pas été déçus !

La preuve en son et lumière (8 décembre oblige !) :


Cliquez ici pour accéder à la galerie photos du Laos

Puis, après moult tergiversations, nous avons pris la direction du Vietnam.
Mais nous repasserons par le Laos du Nord à la fin du mois.



Retour aux galeries photos

La semaine sportive
Le trek dans le Langtang, dans le nord du pays près de la frontière Tibétaine. En résumé :
- 6h de marche par jour pendant 6 jours (dont 3 jours de montée et 3 jours de descente)
- Départ : Syabrubesi (1 500m) - Arrivée : Kyanjin Gumba (3 800m)
- Altitude maximale : 4 773M, au sommet du Kyanjin Ri
- Coucher le plus tardif : 21h... coucher moyen vers 20h00 !
- 2 douches chaudes
- 25 degrés dans la journée... -10 la nuit et 5 degrés dans les chambres...
- Des paysages magnifiques à découvrir dans la galerie photo !

Le plus grand fou rire
L'arrivée à Pokhara. Nous avons entendu un pfiou dans la nuit, en sortant du taxi. Le temps que nos yeux s'habituent à l'obscurité, il nous a bien fallu 5min pour comprendre ce qui s'était passé et ... découvrir Julien étalé dans le caniveau, 1 mètre plus bas ! Les 4 pattes en l'air, allongé sur son sac à dos tel une tortue sur le dos, il gigotait ses bras et ses jambes sans pouvoir se relever, le tout en silence (le monsieur n'est pas du genre à geindre). Sa sœur, courageuse a alors sauté dedans pour sauver son frère de la mort (et de l'humiliation). Le plus remarquable de l'histoire est que l’égout était parfaitement à sa mesure : on aurait dit qu'il avait été fait pour lui !
Une fois la peur passée (il aurait pu se faire mal le couillon), j'ose le dire, nous avons ri. Fort. Et longtemps.Très longtemps. Pour tout vous dire, on en ri encore.

La chanson du séjour
Nathalie*,mon amour des JMJ de Oldelaf
AVERTISSEMENT : si vous écoutez cette chanson, vous risquez de l'avoir en tête toute la journée.. Ce ne sera pas faute de vous avoir prévenu ! A bon entendeur ...
*prénom de notre comparse belge, et sœur de Julien (oui, celui-là même du caniveau !)

Le jeu du mois
Le Dhumball, LE jeu de cartes Népalais qui rend complètement accro et permet de chouettes rencontres avec les locaux.

Les plus belles découvertes culinaires
- Les momos, sortes de raviolis fourrés aux légumes ou à la viande (de yak ou de buffalo), qui peuvent être soit cuits à la vapeur, soit frits. Un vrai délice !
- La Sherpa soupe, une soupe tibétaine des plateaux himalayens, à base de légumes, gingembre, épices, patates et pâtes fraîches. On peut vous le dire, ça tient bien au corps !
- Le dal bath, plat emblématique du Népal, et comme son nom l'indique, composé de riz blanc (bhat) et d'un bol de soupe aux lentilles (dal). Servi à volonté. Ce qui est bien, quand t'as la dalle(bath)...

Nos plus grands moments de solitude
A chaque fois qu'on avait besoin d'aller aux toilettes de nuit pendant le trek : à -10 degrés, le PQ sous le bras et la lampe torche sur le front, on a connu des moments plus glorieux.

Nos montées d’adrénaline
Le parapente, bien sûr ...
Mais aussi, le passage escarpé pour atteindre le sommet, sur la crête du Kyanjin Ri, au Népal. A 4 773 mètres, on se concentre sur ses pieds, on regardera le paysage plus tard ! Arnaud était d'ailleurs à 2 doigts de finir à 4 pattes (grrrr)

Notre plus grande frayeur
Le trajet pour aller à Syabrubesi, le point de départ du trek. 7h de bus pour parcourir 130km, cela montre un peu l'état des routes !
Perdu pour perdu, on a préféré monter sur le toit du bus avec cette théorie aléatoire : "nan mais si le bus tombe dans le ravin, on pourra toujours s'accrocher à un arbre. En fait, c'est beaucoup plus safe ! Au moins là, on a une petite chance de s'en sortir"
Heureusement on n'aura pas eu besoin de vérifier si c'était vrai.. ou pas !

C'était comme à la maison
Chez les Paulines' Guesthouse : un endroit magique, une chambre joliment décorée, de l'eau chaude, une cuisine familiale (rôti de porc et mousse au chocolat !), du vin (!), une grande tablée pour dîner et un feu pour se réchauffer, des animaux, un jardin luxuriant... Merci Flo et Didier pour ce chouette bonus, merci les filles pour votre accueil chaleureux !

L'endroit coup de cœur
Tip Top, une guesthouse adorable (avec seulement 2 chambres) située à Mundu, sur le chemin du trek et qui est le résultat d'une belle preuve de solidarité (on vous invite d'ailleurs à lire l'histoire complète).

La rencontre "fil-rouge"
Sono, un Japonais, croisé à toutes les étapes du trek, dans des villes improbables du Népal,  dans un restaurant japonais de Katmandou et même à 4 773m, au sommet du Kyanji Ri. A chaque fois, il nous sautait dessus et nous embrassait comme du bon pain ! On ne comprenait rien à ce qu'il disait mais on devrait être sur pas mal de ses photos souvenirs !
 

L'expérience la plus dangereuse...
Le barbier à Katmandou !

... le barbier à Katmandou !


Après plus d'un mois de voyage et un trek dans le Langtang, j'étais hirsute comme un yéti ! L'occasion rêvée d'aller chez un vrai barbier de rue, comme il y en a partout au Népal...

Après avoir arpenté les rues, je jette mon dévolu sur une petite échoppe, un peu à l'écart du tumulte de Thamel. Forcément, le barbier ne parle pas anglais ; en même temps, nul besoin de lui faire un dessin pour qu'il comprenne que j'ai besoin d'un rasage...

Il m'installe donc dans le vieux fauteuil, me couvre d'une superbe serviette et me confirme qu'il met bien une lame neuve dans son engin... ouf !

Et c'est parti sur fond de match de cricket !

Après m'avoir tartiné de mousse à raser, sa lame glisse sur ma peau comme dans du beurre ! je n'ai pas le temps de regretter que je n'ai déjà plus de poils côté droit !! en l'espace de quelques minutes, il a réalisé la totalité de ma barbe, et s'attaque à la moustache (désolé, je ne la garde pas !).

 Il me remet une couche de mousse pour le 2ème passage, me badigeonne d'Aqua Velva locale et en moins de 10 minutes, c'en est donc fini !


Mais la prestation n'est pas terminée : j'ai alors droit à un vigoureux massage de du crâne, mais aussi des épaules, des bras et même des mains ! C'est la plupart du temps surprenant, mais pas désagréable pour autant... par instants, c'est tout juste s'il ne me tape pas sur la tête !



A la sortie du barbier, je constate avec effroi le massacre : mon bronzage est ruiné, je suis bronzé partout, sauf sur la barbe et la moustache qui sont blanches.. mais le pire, c'est sans doute de ressembler à un gamin de 15 ans...


Bonus : bon pour se reposer douillettement et amoureusement ! 

Après une semaine dans les hauteurs de l’Himalaya, à marcher 5h par jour et à dormir dans des lodges spartiates et glacés, c'est peu dire que nous avions besoin de repos et de confort... une nouvelle occasion de sortir la carte Bonus s'offrait à nous et nous n'allions pas nous en priver !



C'est donc à la Paulines Guest House, à quelques 10km au nord de Katmandou que nous avons passé 3 jours d'exception, à déguster de bons repas (incroyable rôti de porc !!!) et de bons vins dans un cadre idyllique...  Ambiance cocooning garantie !









Un grand merci à Flo & Didier pour leur bonus !


Des moments nutella...



... des moments Chabada-bada

Après 2h40 d'avion au cœur de la nuit durant lequel, pris par un sommeil lourd, nous n'avons même pas touché aux snacks servis par des hôtesses souriantes (les aficionados des plateaux-repas comprendront..), nous atterrissons à Bangkok, Thaïlande.

Nous voilà donc dans la queue pour les taxis (oui à 5h30 du matin, nous avons des goûts de luxe, tour du monde ou pas). Et là, premier fait bizarre : ça ne se bouscule pas, personne ne nous marche dessus pour nous doubler ou joue des coudes pour gagner quelques centimètres : les gens sont disciplinés et attendent leur tour.
Bon.

Nous montons alors dans notre taxi (climatisé !) et je me rends compte que j'ai oublié d'enlever mes bouchons d'oreille (toujours rêvé d'utiliser ce mot !). En effet, pas de klaxons, pas d'altercations entre chauffeurs, pas de bruits venant de la rue. Ah non, suis-je bête, c'est juste qu'ici il y a des feux et des panneaux de signalisation ! Et si jamais, quelqu'un a besoin de klaxonner, cela fait juste un pfiouuu mélodieux !

Après un trajet durant lequel n'avons même pas eu peur pour notre vie, nous arrivons dans l'un des quartiers animés de Bangkok. Et là, que voyons-nous ? Des hordes de touristes en vadrouille. Déjà ? A 7h du matin ? Mais oui, l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Quand tout à coup, quelques détails nous interpellent : un peu de maquillage (de -maQUOI ?) qui coule, un bas filé, une chemise défaite... Et qu'aperçoit-on là ? Ne serait-ce pas une épaule dénudée ? Un genou ? Un décolleté ? Mais couvrez ce sein blanc que je ne saurai voir ! Et surtout, sur les tables des terrasses, des bières à n'en plus finir ! Des girafes, des demis, des pintes, et même des bouteilles de whisky ! Oh mon Dieu mais les gens ne sont pas en train de visiter la ville, ils sortent de boîte, ils sont en after !!

Retour à la civilisation débridée et alcoolisée, bienvenue à Bangkok!!! MON DIEU, QUE ÇA FAIT DU BIEN !!

Croyez-le ou non, il existe deux pays où être roux est un choix : il s'agit de l'Inde et du Népal ! Nous leur rendons hommage, avec ces quelques clichés qui réconforteront nos poils de carotte !














Retour aux galeries photos


2012-11 - Népal - Katmandou
Retour aux galeries photos

Claire et Nono se font la malle !

Faites un break : (re)vivez nos aventures en tour du monde!

----------------------------

Pour nous contacter, écrivez-nous un email
Fourni par Blogger.

Page List

Search

Ads

Template Information

Template Information

Test Footer 2

Pages

Popular Posts

Qui êtes-vous ?

Une erreur est survenue dans ce gadget