Le mot d'ordre lorsqu'on voyage c'est de n'être jamais blasé : idéalement il faut s'émerveiller de tout  pour profiter de la chance que l'on a.. pas trop non plus, pas de "ohhh, un mouton !!" (quoique, un mouton, c'est joli, alors plein de moutons ...).
Ce qui est bien en Nouvelle Zélande, c'est qu'il n'est même pas nécessaire de se forcer !! Sur l'île du sud, tout est beau. On ne plaisante pas, on n'exagère pas ! La route et les kilomètres défilent sous vos yeux et pourtant on ne s'en lasse jamais. C'est vaste et cela change tout le temps. On voit toutes les couleurs dans cette nature, tous les reliefs et on en profite comme des enfants... Retour sur quelques ballades cultes....


Le Milford Sound


Les puristes diront que ce n'est pas un sound, mais un fjord, car d'origine glaciaire (Bon en fait c'est une info qu'on a lue sur la porte des toilettes de notre lodge.. Peu importe, toutes les sources sont bonnes à prendre). Nous sommes sur la côte sud-ouest de l'île du sud. Face à nous, des montagnes hautes de plusieurs milliers dont la vallée est envahie par la mer. On est dans une zone que l'on pourrait qualifier de pluvieuse avec près de 7m d'eau par an et plus de 200 jours de pluie (Paris à titre de comparaison produit seulement 100 jours et... 600mm,  environ... ridicule !!!).

Alors lorsque l'on débarque en cette fin d'après midi de février sur place et que le climat est bien dégagé mais ventu (poil au c-- !), on n'hésite pas : on saute dans un bateau pour une croisière ! On choisit la dernière du jour : c'est grand, mais c'est encore mieux si on ne le partage pas avec des centaines de personnes !

On avance lentement dans le fjord, longeant les falaises qui se jettent à pic dans la mer. Ici et là on croise des otaries échouées sur un rocher (et on comprend enfin l'expression "comme une otarie bourrée à la bière !"). Un peu partout, des chutes d'eau vertigineuses. Il parait que le spectacle sous la pluie est également saisissant. Pour nous c'est quand même frisquet, on se cache sous nos vestes et on s'abrite du vent à décorner les cocus (poil au c-- x 2) ! Claire, éternelle intrépide devant l'aventure, restera sur la proue du bateau lorsque celui passera sous une cascade.... du coup on ne traînera pas pour rentrer prendre une douche chaude !

Dans le parc, il y a plein d'autres ballades sympas, citons le Key Summit qui nous a bien plu. Le lendemain, faute de brouillard épais, nous ne pourrons revoir le Sound ni faire l'ascension du lake Marian... Dommage, il faudra donc revenir.



Les glaciers Fox et Franz Josef

Une expérience superbe, surtout si comme nous, vous pouvez opter pour l'héli-rando ! Sinon on peut admirer les glaciers depuis le sentier et c'est déja pas mal !
On en a déja parlé sur le blog.... voir par ailleurs.

Le joyau d'Abel Tasman


Une forêt dense le long de la côte nord de la Nouvelle Zélande, des criques adorables, une eau turquoise... Si vous aimez la marche pépère, entrecoupée de baignades sur des plages paradisiaques et désertes, le parc Abel Tasman est pour vous !

Si vous n'aimez pas, bah, mais vous êtes qui, vous ?!!



Nous avons opté pour une ballade d'un jour. Mais attention, on n'est pas fainéant (poil aux dents) et surtout on n'est pas venus ici pour être là, donc on a marché 25km par 30 degrés ! Mais quelle aventure. En attaquant la ballade par le Nord et la Golden Bay, on a évité une bonne part des touristes. On ira à Separation Point pour le pique-nique devant un ballet d'otaries rien que pour nous. Après le déjeuner, on fera un plouf dans la rafraîchissante Mer de Tasman avant l'ascension tranquille bien que très ensoleillée de la colline Gibbs, pour une vue superbe à 360°.

Mais ils sont où ? Mais ils sont où les gens ??? Là là là,là !



Le Marlborough Sound : rencontre avec les dauphins Hector


Dans le nord de l'île Sud, les ferry reliant Wellington, la capitale, et Picton traversent un Sound superbe...   avec à son bord des touristes en masse qui traversent cette zone rapidement. Pourtant, se cachent dans les baies abritées les plus petits dauphins du monde : les dauphins Hector ! Mesurant à peine plus d'1m à l'âge adulte, ils sont malheureusement une espèce en voie de disparition. Pour les voir, il faut monter à bord d'un bateau, avec guide et surtout, avoir de la chance ! Nous aurons le droit à un véritable festival ! Nous verrons des dizaines et des dizaines de ces petits dauphins coquins (dans tous les sens du terme.. savez-vous, que, comme l'homme, les dauphins Hector peuvent faire l'amour pour et seulement pour le plaisir ?!), qui joueront autour du bateau, feront des acrobatie aériennes et se laisseront admirer sans la moindre timidité. Et c'est vrai qu'ils sont tout petits trop mimis !


Le mordor : parc national Tongariro


Pour tous eux qui ont vu le Seigneur des Anneaux, vous savez de quoi l'on parle... pour les autres, il s'agit donc du décor de ce film fantastique. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le décor est fantastique ! On ne peut pas manquer son "dôme", le Mt. Ngaruhoe, visible à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde. Autour de ce volcan, des monts volcaniques, d'où s'échappent des gaz toxiques, des lacs couleur émeraude et une végétation quelque peu brûlée...



On se lancera dans la plus fameuse des randonnées du coin, l'Alpine Crossing. Une randonnée quelque peu épique, sous un vent glacial... Magnéto Serge !

Arnaud : "Mais c'est magnifique, c'est la plus belle randonnée que j'ai jamais faite..."
Claire : "Mouais, c'est pas mal .. mais franchement, ça ressemble à la Bourboule, non ??"

10 Minutes plus tard et alors que la randonnée devient franchement casse-gueule, en pente et en graviers :
Arnaud : "Mais c'est vraiment magnifique, c'est la plus belle randonnée que je n'ai jamais faite !!"
Claire : "Mais moi ça me pète les c------, ta randonnée de m-----, autant marcher sur un parking avec ces p----- de gravier à la c--"


50 minutes, une chute et quelques larmes plus tard, au chaud et après une bonne douche
Arnaud : "Waouhhh c'était VRAIMENT la plus belle randonnée que je n'ai jamais faite"
Claire : "Mouais.. à part à la Bourboule, tu veux dire ?!"


Envie de voir plus de photos ??? Rendez-vous dans la galerie photos !!

---------------------------------------------------------------------------------------------------
TICKET-TO-RIDE, MEILLEUR BLOG VOYAGE 2013 !!??
Votez pour nous sur le site de Marie-Claire... un vote par jour et par personne...
merci d'avance !! Pour voter, cliquez ici

---------------------------------------------------------------------------------------------------


Vous avez aimé cet article ? Votez pour Ticket-to-Ride, meilleur blog de voyage 2013 !!!

Retour aux galeries photos




Vous avez aimé cet article ? Votez pour Ticket-to-Ride, meilleur blog de voyage 2013 !!!


Retour aux galeries photos

Dimanche 17 février 2013, 14h31 - Évacuation d'urgence sur le glacier Franz Josef !
A bord de l'hélicoptère : vos aventuriers préférés

Retour sur cette journée ... inoubliable

Dimanche 09h30 - Centre de réservation Franz Josef Glacier Guides
Arnaud rêve de faire de l'hélico ? Claire de marcher sur un glacier (même après avoir lu Tragédie sur l'Everest*) ? Et bien, la vie est bien faite (surtout en Nouvelle Zélande !) puisqu'il y a des possibilités d'Héli-randos sur le glacier Franz Josef, sur la côte ouest de l'île du Sud.

Après quelques incertitudes notamment à cause du temps, nous bookons finalement les 2 derniers tickets  (comme Jack dans Titanic !) pour l'expédition de 11h50. Au programme : 10 minutes d'hélico avant d’atterrir sur le glacier pour 3h de randonnée sur place et retour en hélico (seul moyen d'atteindre et de quitter le glacier !)
Mais avant de partir à l’aventure, nous devons nous équiper !
Veste polaire, bonnet, gants, bottes fourrées (Claire prend la taille enfants, la honte !), banane rouge et surtout crampons : nous sommes prêts à en découdre avec la glace !

Dimanche 12h44 - Héliport de Franz Josef
Cela fait un petit moment que nous regardons les hélicoptères s'élancer dans le ciel (Jean-Michel aime les hélicos ...). Quand c'est à nous de monter, on est super excités.. 



... d'autant plus que le pilote nous annonce que nous sommes le dernier groupe à pouvoir partir. Quelle chance ! 
- Euh attendez, cela veut dire que les autres groupes ont été annulés ??? Mais pourquoi ?
- A cause du mauvais temps annoncé : en cas de problème, il y aurait trop de monde à rapatrier
- Ah, d'accord... Mais euh, il va pas y avoir de problème, hein, m'sieur ????
- ...
- M'sieur ?

Dimanche 12h54 - Glacier de Franz Josef
Bon on est quand même super contents de partir et on fait une arrivée sur le glacier ... qui décoiffe !


ps : oui le guide derrière est en T-shirt ... et short !

Le temps de chausser nos crampons et ça y est, on marche sur le glacier !



Vient ensuite quelques explications théoriques. Nous apprenons par exemple que le Franz Josef, comme son voisin le Fox est l'un des 3 glaciers au monde les plus proches de la mer (le 3ème se trouvant en Argentine, où nous irons d'ailleurs prochainement, hé hé..). Nous avons également droit aux mises en garde de rigueur quant à la nature instable du glacier (qui se déplace entre 4 et 5 mètres par ... jour !)

On part donc à la queue leu-leu en faisant bien attention à ne pas tomber dans une crevasse ou se faire engloutir par une avalanche ! Durant cette randonnée, on ...

... escaladera des sommets (quelle souplesse, Claire !)


... rampera dans des tunnels enneigés (y a plus rien dans le frigo, Arnaud ?)



... fera une pause esquimau (oui, oui elle sera bientôt sur notre profil FB, celle-là !)



 ... et on finira même par descendre en rappel (Sur 2 mètres certes, mais descendre avec une corde, c'est un peu comme faire du rappel, non ?) sur des chemins tracés en urgence pour rejoindre la base de décollage le plus vite possible..



Car pas le temps de finir la randonnée, on doit être évacués de la montagne par mesure de précaution. Pas 1, ni 2 mais bien 3 hélicoptères se sont enchaînés pour rapatrier tous les randonneurs sur la glace. Un petit moment d'adrénaline pour clôturer le tout !



Dimanche 17 février 2013, 14h31 - Évacuation d'urgence sur le glacier Franz Josef !
Et c'est qui, qui est devant à côté du pilote ??? C'EST NOUS !!!! (malheureusement pas de photos pour en témoigner, la batterie ayant ... gelé entre-temps !)

Bref, une expérience inoubliable, certes un peu écourtée mais qui valait vraiment le coup... Et c'est encore grâce à vous que nous avons pu réaliser ce double rêve !

Cette fois, c'est à JJJ que nous lançons une montagne de mercis  ! 


*de Jon Kraukauer, on conseille !

Bienvenue à Christchurch...


Après 1 semaine « famille-potos » à Sydney (merci encore Marine&Rob ; Anton&Charlotte pour votre accueil), nous avons atterri au pays des Kiwis le 5 mars. Le temps de mettre nos réveils à l'heure (12h de décalage avec la France quand même !), de s'habituer quelque peu à l'accent local (euh en fait il nous faudra un peu plus de temps pour cela..) et de passer la douane avec nos chaussures de randos toutes propres (préalablement nettoyées à et par (!) l'aéroport de Sydney), nous voilà prêts à découvrir ce « bout du monde » qui nous fait rêver depuis si longtemps !

Mais tout d'abord, direction … la prison, sans passer par la case départ ! Non, non, pas de drogue dans nos sacs, nous avons simplement réservé à la Jailhouse de Chirstchurch, une gesthouse aménagée dans une ancienne prison. Et comme on n'est pas les derniers pour la déconne, séance photos !



Nous partons ensuite à la découverte de la ville. Après la visite du Canterbury Museum et une promenade au Botanic Garden (plus de 10 000 variétés de plantes !), nous nous dirigeons vers le centre-ville. Et là, stupeur .. et tremblements (c'est malheureusement le cas de le dire) : le tremblement de terre de février 2011 a détruit une grande partie du centre-ville. Nous avons l'impression d'errer dans une ville fantôme, une ville tout juste bombardée ! Les immeubles sont vides et désolés , les rues fermées à la circulation. Il ne reste rien des bars, restaurants, monuments conseillés par le Lonely... Cela nous fait un drôle d'effet, on ne s'attendait pas à cela, pas à ce point.... On se met à la place des Néo-Zélandais de Christchurch. On imagine ces maisons laissées à l'abandon, ces vies où il faut tout recommencer de zéro, ces bureaux désertés.
Du coup, on rentre dans notre prison, le cœur un peu lourd...





Mais on ne veut pas se laisser abattre et le lendemain, nous partons à 1/2h de la ville, à Lyttleton, jolie ville portuaire... Et nous nous délassons dans les parcs avec les familles locales puisque jour-là est férié. Mais là aussi, des traces des tremblements de terre..


En voiture, Simone !

Jeudi 7 mars, 2ème partie de notre périple puisque l'on récupère notre van ! Même taggé et écaillé, il est beau... comme 1 camion !



Allez, après le plein d'essence et les courses (que c'est booooooon d'être dans un supermarché et de faire la queue à la caisse!), on branche l'Ipod pour écouter la playlist des copaings sur la route, et … c'est parti mon kiki !

1ère destination : Le lac Tekapo, au centre de l'île. Sur la route, on est soufflés par la beauté du paysage. Et en arrivant, on est sans voix (une fois n'est pas coutume!) : eau turquoise, collines vallonnées, montagnes majestueuses. 





Le lendemain, direction Aoraki et Mount Cook. Sur la route, on prend un auto-stopper : Pieter, 25 ans et toutes ses dents néerlandaises.
Avec lui, on décide de remonter la Hooker Valley pour aller déjeuner au bord d'un lac. L'occasion de se faire une belle randonnée de 2h, histoire de se dégourdir un peu les jambes. Et de profiter de la vue sur le Mount Cook, l'un des plus hauts sommets d'Océanie.


Puis, nous laissons Pieter à son lodge et nous reprenons la route vers Oamaru.
Grâce à un local, nous découvrons un emplacement de camping magique, surplombant une plage sauvage... Nuit étoilée, bruit des vagues, dauphins et charmants voisins néo-zélandais (on finira copains comme cochons ! normal ce sont des fermiers !!).. bref on est bien ! Seul hic, l'accent néo-zed... Claire n'a toujours rien compris des discussions d'ailleurs !


Le lendemain, on visite la ville, ses vieux bâtiments, son curieux musée Steampunk. Certains habitants continuent à vivre en tenue du 19ème siècle... non pas pour faire plaisir aux  touristes, mais parce qu'ils aiment ça !

Surtout, on attend avec impatience la fin de journée pour essayer de voir des pingouins ! En effet, ceux-ci sortent de la mer au crépuscule pour s'abriter pour la nuit. On fait le plein de provisions, de quoi attendre de nombreuses heures s'il le faut. Et notre patience est récompensée puisqu'on aperçoit des pingouins jaunes et des pingouins bleus, tous plus petits les uns que les autres.


Dimanche, on reprend la route vers Queenstown, après un court arrêt à Moeraki. On s'arrête finalement pour passer la nuit du côté d'Arrowtown, petite ville charmante dans la région viticole de Gibston (le pinot noir y règne). On arrive près de Queenstown le lendemain et on s'installe dans un dock (camping gouvernemental à petit prix), en bordure d'un lac, sur la route de Glenorchy. Ballades, farniente, et même baignade pour Arnaud-le-courageux !



Mardi on se dirige pas à pas vers le Milford Sound. Encore une fois, on prend notre temps pour faire des arrêts photos ou des détours pour de jolies ballades.


Mercredi, on arrive à Milford Sound et on découvre ce fjord immense, aux eaux calmes et profondes (2000m quand même!) au milieu de montagnes à pic. Pendant notre croisière, on verra des otaries et même des dauphins !... avant de prendre une bonne douche … sous une cascade !





 


Bref, une première semaine à sillonner les routes néo-zélandaises où nous allons d'émerveillement en émerveillement. Un peu à la roots dans notre van mais déjà comme chez nous.. On se sent aussi libres que Max !




Retour aux galeries photos

Nous avons passé 3 semaines extra sur l'île des dieux, avec la visite de notre Pauline nationale (et son chargement de vin, fromages, magazines et cadeaux !) avec qui nous avons pu partir à la découverte d'une culture et d'une nature extraordinaires ! La douceur de vivre y est contagieuse et c'est tant mieux pour nous... 

Retour sur l'épisode Balinais, en images et en anecdotes !

Un peu de culture...

Bali est réputée pour sa culture qui fait la fierté de ses habitants..

- Danse balinaise
Selon notre guide, "une visite ne saurait être complète sans découvrir cet art spécifique balinais". Nous y sommes donc allés dès le premier soir à Ubud car, comme diraient Popo et Nono, "comme ça, ce sera fait !". Et bien, nous avons été impressionnés par la précision des gestes des danseurs et par le nombre d'artistes sur scène. S'il existe plus d'une douzaine de danses à Bali, nous avons choisi une danse kecak. Celle-ci est exécuté par un "choeur" d'hommes assis en cercles qui entrent en transe en psalmodiant le "chak-a-chak-a-chak", imitation des cris d'une bande de singes. Cette musique accompagne l'épopée hindoue relatant les amours du Prince Rama et de son épouse Sita.



- Religion
La religion est extrêmement présente à Bali : offrandes, processions, cérémonies, prières : la vie quotidienne des Balinais est rythmée par la religion hindouiste.
Les temples (dans lesquels nous ne pouvons pas entrer) sont des lieux de culte particulièrement respectés.

Pura Tanah Lot, temple de la mer














Pura Ulu Watu, temple "directionnel"














 

Un peu de nature


- Le moment botanique
Lors d'une randonnée à la Indiana Jones dans la région de Batukau, le guide nous montre des plantes et des animaux... Et c'est lorsqu'il nous interroge qu'on se rend compte qu'on est vraiment des citadins !
- Le guide : Do you know what it is ?
- Pauline, très sure d'elle : Oh yeah : Aloe Vera !!!!!!!
- Nous, épatés par le connaissance botanique de Popo : Waouuhh
- Le guide,  : Euh, no : Ananas ! 
- Nous 3 : Ah, oui effectivement...

- Drôles d'animaux
... A Balian Beach, l'animal de compagnie de notre hôtel n'était autre qu'une chauve-souris apprivoisée ! Batman peut aller se rhabiller !


- A Ulu Watu et à la Monkey Forest à Ubud, on rencontre des singes facétieux .. mais qu'on préfère observer de loin (car oui, nous avons peur des singes, et alors ?) !



Mais sur la plage aussi, on trouve de drôles d'animaux !

 


Les découvertes culinaires

Ce sont dans les warungs, échoppes traditionnelles que l'on découvre la cuisine typique balinaise, avec :

Le nasi campur : assortiment de 4 ou 5 plats composés petites portions de viande, poisson,tofu et/ou de tempe, d'un œuf et de légumes. Préparé le matin, ce plat est servi tout au long de la journée.
Le babi guling : cochon de lait. Repas de fête pour les Balinais !
Le nasi goreng : sorte de riz sauté
Les brochettes au saté (sauce aux épices et à la cacahuète)
Les plateaux de fruits de mer et les poissons grillés (le mahi mahi notamment)


Le bar à éviter !!!

On a été très choqués d'apprendre la mort d'un jeune Australien le soir du 31 dans un bar aux îles Gili, à cause de l'ingurgitation de cocktails frelatés ... au méthanol ! Mais le pire de tout est que le bar n'a pas été perquisitionné et l'équipe du bar n'a pas été interrogée (il n'y a pas de police à Gili). Résultat : moins d'un mois plus tard, le bar est toujours ouvert, prêt à accueillir locaux et touristes et leur proposer des cocktails ... explosifs !

Il s'agit du (sinistre) Rudy's bar...



Notre première fois...

Baptême de plongée aux Iles Gili (merci ptit pote!) ... à voir en vidéo !





 

Bali tout en couleurs  

Nous nous souvenons d'un pays coloré où chaque couleur est associée à un bon moment

Le vert : Les rizières de Jatiluwih* (*qui signifie "vraiment merveilleux"), au centre du pays

Le rouge : Au milieu des rizières émeraude, se trouvent aussi des plants rouges de "red rice"

Le blanc : lors des processions quotidiennes 


Le rose : au crépuscule, le ciel se teinte de couleurs rose et orangé


Le noir : même si la plupart des plages sont d'un blanc immaculé, il existe quelques plages de sable noir à Bali, comme à Balian Beach
 

L'orange : la couleur des fruits de mer de Jimbaran

Le bleu : qui a dit que le mois de janvier était à proscrire pour cause de mousson ?

... et le café au lait : notre bronzage... à côté de celui de Popo ! :-)

Le saviez-vous ?

Tous les membres de la famille portent le prénom correspondant .. à leur ordre de naissance ! Ainsi, l'aîné s'appelle, selon les castes, Wayan ou Putut, le deuxième Made, le troisième Nyoman.. Nous, en tant que 4ème de la famille, on serait Ketut. Et à partir du 5ème enfant, on reprend du début !
Selon cette logique, on a rencontré une famille dont le père, la mère et le fils aîné se prénommaient ... Wayan ! Où quand Wayan et Wayan se disputent, c'est toujours Wayan qui trinque !

Pour voir (et revoir) les photos magnifiques de cette île paradisiaque :
- Galerie-photos des plages : cliquez-ici
- Galerie-photos d'Ubud : cliquez-ici
- Galerie-photos de Gili Trawangan : cliquez-ici
Et lire (et relire) les articles passionnants au sujet de Bali :
- My week with Pauline : cliquez-ici
- Bali avec un -B comme Bonus : cliquez-ici

Claire et Nono se font la malle !

Faites un break : (re)vivez nos aventures en tour du monde!

----------------------------

Pour nous contacter, écrivez-nous un email
Fourni par Blogger.

Page List

Search

Ads

Template Information

Template Information

Test Footer 2

Pages

Popular Posts

Qui êtes-vous ?

Une erreur est survenue dans ce gadget